Le FMA, le FMI et le Groupe de la Banque Mondiale publient le deuxième rapport sur la diminution des relations de correspondants bancaires dans la région arabe

13-02-2019

Le Fonds monétaire arabe (FMA), le Fonds monétaire international (FMI) et le Groupe de la Banque mondiale ont le plaisir d’annoncer la publication du deuxième rapport sur la diminution des relations de correspondants bancaires dans la région arabe. Ce rapport est le résultat d’une collaboration continue de la part de ces trois institutions, ainsi que des banques centrales de la région arabe. Il résume les conclusions d’une enquête de suivi qui a été menée auprès de banques arabes au milieu de l’année 2018. Cette enquête avait pour objectif d’évaluer l’ampleur, les raisons et les effets d’une diminution éventuelle des relations de correspondants bancaires sur les banques opérant dans la région, ainsi que d’explorer l’efficacité de nouvelles solutions.

L’enquête a fait suite à la recommandation du deuxième atelier régional de haut niveau sur la diminution des relations de correspondants bancaires, que le FMA et le FMI ont organisé conjointement à Abu Dhabi le 17 septembre 2017 en collaboration avec le Conseil de stabilité financière et le Groupe de la Banque mondiale ; les participants à cet atelier ont souligné que le FMA, le FMI et la Banque mondiale doivent continuer de dialoguer avec les diverses parties prenantes et de surveiller l’évolution des relations de correspondants bancaires, ainsi qu’explorer des solutions éventuelles.

Le rapport indique qu’environ un tiers des banques ayant participé à l’enquête ont enregistré une baisse du nombre de comptes de correspondants bancaires depuis 2012 : le nombre moyen de comptes qui ont été fermés et sont devenus inactifs ou limités par année a augmenté légèrement en 2016-17. Les banques participantes ont indiqué qu’elles considéraient les activités insuffisantes générées par les relations par rapport aux coûts comme la raison la plus importante de ce phénomène.

Les banques participantes ont aussi donné leur avis quant à d’éventuelles solutions. À cet égard, elles ont indiqué que les efforts déployés par le secteur privé pour établir d’autres comptes ou développer les comptes existants constituent l’initiative la plus importante des banques face à la baisse des relations de correspondants bancaires. Parmi les banques qui ont enregistré une baisse ou une restriction des comptes, environ 85 % ont en fait pu trouver des solutions de remplacement, en dépit des difficultés rencontrées et de la hausse des coûts. Les banques indiquent aussi que le secteur public pourrait jouer un rôle en améliorant la réglementation, le contrôle et la mise en œuvre de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, et en précisant les des attentes et les normes réglementaires.

À cet égard, le FMA, le FMI et le Groupe de la Banque mondiale sont prêts à soutenir les efforts qui continueront d’être déployés pour faire face aux problèmes liés aux relations de correspondants bancaires dans les pays arabes, en coopération avec les banques centrales de la région, et en fonction de la mission et de l’expertise de chaque institution.

 

Une version électronique du rapport est disponible sur les sites www.amf.org.ae, www.imf.org et www.worldbank.org.

Top